Aujourd'hui, je vais me pencher sur ce qui est sans doute la première véritable opportunité de la semaine qui se veut chargée en données macro-économiques.
La banque centrale Néo-Zélandaise va annoncer sa décision, la nuit prochaine, sur la politique monétaire et donc sur la poursuite du cycle de hausse de taux qu'elle a été la première à reprendre.

Pressions inflationnistes.

La Royal Bank of New Zealand (RBNZ) a remonté son taux (Official Cash Rate appelé OCR) lors de sa réunion de mars de 2.50 à 2.75% afin de maintenir la stabilité des prix et de contenir la pression sur le secteur immobilier.  C'est en effet ce dernier secteur qui a contribué pour moitié à la dernière vague de hausse de l'indice des prix à la consommation.(CPI en hausse de 1.5% annuel et 0.3% en trimestriel).
Les prix de l'immobilier ont connu une progression de 3.3% sur un rythme annuel.

Je vous invite à lire le compte rendu de l'organisme officiel des statistiques de NZ ici 

Ainsi, en effet, l'inflation confirme sa reprise haussière même si cette pression semble ralentir un peu sa progression lors de ce dernier trimestre.

Croissance

Quelques jours après la décision de la RBNZ, une nouvelle est venue toutefois ternir le tableau avec une croissance revue à la baisse pour le troisième trimestre 2013 et un PIB en dessous des attentes au quatrième trimestre. Ce dernier se situe toutefois à 0.9% qui satisferait bon nombre de pays européens !

A un rythme annuel, le PIB réel de la Nouvelle-Zélande reste très convenable ! (tout comme ses principaux partenaires commerciaux)

Le seul bémol pour la Nouvelle Zélande est que la progression de sa croissance est principalement basée sur sa capacité d'exportation. C'est en effet grâce à une hausse de 3.1% de ses exportations que le PIB a pu atteindre ce seuil.
Et c'est là que l'équation se complique sérieusement pour la banque centrale ...

Le Dollar Néo-Zélandais au plus haut !

Depuis avril 2009, la devise a progressé de plus de 52% !
A plus court-terme, la hausse est de 6.37% sur les 10 derniers mois alors même que le dollar australien , la devise la plus proche géographiquement et économiquement , a reculé de 1.76%.

nzd_index

Ainsi, la banque centrale pourrait être tenter de calmer le jeu pour préserver la compétitivité des exportateurs qui tirent la croissance à la hausse.

Analyse graphique

Faisons simple.

En Daily, j'ai une divergence triple. (si ce genre de stratégie vous intéresse, surveillez le site)

nzd_daily

En 4 heures , le support est assez limpide et  se situe entre 0.8550 et 0.8523. La MM 50 daily passant à 0.8540, c'est cette zone que je privilégierai pour la vente.

nzd_4h

 

Mise en place des stratégies & précautions à prendre.

 

Si vous décidez de travailler le dollar Néo-Zélandais, vous devez prendre en compte les attentes en terme de taux directeurs car c'est là, le catalyseur majeur des paires de devises bien sûr, mais principalement de NZD qui est un support privilégié de carry-trade.
Aussi "se mettre en face" de ce genre de paire doit se faire de façon pertinente car chaque jour le swap/rollover va coûter de l'argent au détenteur.

Si, je vous ai présenté ici une stratégie face au dollar américain qui devrait à terme bénéficier du ralentissement du quantitative easing et de la perspective de remontée des taux (même si e n'est pas pour tout de suite) , il y a également d'autres paires avec un certain potentiel.

Parmi celle-ci, nous trouvons le dollar Australien qui est solide et a vu sa banque centrale également changer de ton récemment.
La paire étant toutefois proche d'une résistance majeures à 1.0920, je resterai patient et en observation.
La Livre Sterling me semble une bonne opportunité puisque malgré la volonté de la banque centrale, la pression inflationniste devient trop forte pour ne pas remonter les taux rapidement. Cette attente couplée à une déception sur la décision de la RBNZ  pourrait ouvrir à une belle accélération.
D'un point de vue technique un achat sur cassure de la zone à 1.9625/30 serait un signal positif pour viser 1.9864.

A l'inverse, si la banque centrale devait resserrer la vis monétaire, le Dollar Néo-Zélandais pourrait reprendre le chemin de la hausse.
Dans ce cas, un stratégie face à des paires aux faibles perspectives de hausse de taux comme l'euro , le dollar canadien ou le Yen s’avérerait pertinente.

Bons Trades à tous.

Jérôme Revillier
Suivez l'évolution de ces positions prises en temps réel via Twitter : @eoletrading

'