Article publié dans l'Edito des matières premières et Devise le vendredi 7 septembre 2012.
-----------

La banque nationale suisse s’est lancée dans une lutte sans limite contre la hausse de sa devise. Le Franc Suisse, recherché pour son côté refuge, a fortement progressé depuis deux ans, obligeant les autorités helvétiques à réagir.

Ainsi, un an pratiquement jour pour jour ( 6 septembre 2011), après la mise en place du fameux plancher pour le cours de l’euro à 1,20CHF, le président de la Banque centrale suisse a réaffirmé sa volonté de défendre à tous prix sa compétitivité.

Des réserves de changes qui explosent
Ce vendredi, les réserves de changes de la BNS ont atteint un nouveau record à 418 milliards.

BNS
Source : forexfactory – www.eole-trading.com

La seule bonne nouvelle est tout de même le ralentissement de cette hausse qui illustre la diminution des tensions sur la monnaie unique. En effet, il semblerait que la BNS ait été moins attaquée.

En revanche, l’économie helvétique voit plusieurs menaces s’amonceler au-dessus d’elle.

Croissance en panne
On a ainsi appris cette semaine que le PIB du deuxième trimestre s’est contracté de 0,1%, brisant l’image de la solidité suisse.

Toutes les révisions ont été revues également à la baisse et les alertes envoyées par les industriels se multiplient. Les exportateurs suisses ne peuvent tenir même avec un seuil de 1,20CHF pour 1 euro. C’est cette mauvaise nouvelle pour la croissance qui a amené l’euro à 1,2150 CHF ce vendredi.

A moins d’une semaine de la réunion du comité monétaire, les spéculateurs se protègent d’un éventuel relèvement du seuil plancher.

Dans son dernier discours, Thomas Jordan a été clair et ferme sur la nécessité de protéger la devise. On s’attend également à la mise en place de taux négatifs pour les détenteurs de monnaie suisse. Une façon de dissuader le recours au franc comme refuge.

Pressions politiques ?
Le président de la BNS a également tenu à rassurer les voix qui s’élevaient contre les dangers de ces mesures. En effet, de nombreux dirigeants suisses protestent contre la politique monétaire menée par la BNS, argumentant que le risque de pertes sur les réserves de changes devient trop grand.

A l’inverse, les partis plus à gauche ont trouvé un terrain d’entente avec les organisations patronales des PME : que le seuil plancher soit fixé bien plus haut à 1,40CHF pour 1 euro afin de dynamiser les exportations.

Ajoutez à cela le problème inflationniste qui menace le pays et vous comprendrez pourquoi finalement la banque nationale suisse n’est pas un havre de paix.

Quel avenir pour EURCHF ?
L’euro a rebondi assez nettement face au franc après les déclarations de Thomas Jordan, mais a également bien été soutenu par les mesures de Mario Draghi.

Le timing est peut être bien trouvé pour la BNS si elle veut remonter son seuil plancher et profiter d’une accalmie sur la devise européenne pour le faire à moindre coûts.

euro-franc suisse

Il n’est sans doute pas trop tard pour tenter un pari acheteur sur l’EURCHF avec un objectif à 1.25 comme je vous l’indiquais déjà le 4 mai 2012 dans l’un de mes articles !
[NDLR : Depuis le 23 juillet, la stratégie 9 O'Clock Trade de Jérôme Revillier a enregistré une performance de +23,12% grâce à 19 gains sur les 25 dernières positions : continuez votre lecture pour profiter de la prochaine vague de gains...]

Bons Trades.

'