Article publié vendredi 5 avril 2013 dans l'Edito des matières premières et devises.

Par Jérôme Revillier

------------

Ce jeudi était très attendu avec les interventions de trois des plus grandes banques centrales du monde. Japon, zone euro et Angleterre étaient à la manœuvre avec en bonus des interventions de plusieurs membres de la Fed dont Ben Bernanke.

Petit décryptage des actions de la Banque du Japon (BOJ) et de la Banque centrale européenne (BCE)…

La Banque du Japon enfonce le clou…
Tôt jeudi matin, le nouveau gouverneur Haruhiko Kuroda de la Banque du Japon a tenu à marquer au fer rouge son arrivée. En introduisant une notion qualitative et quantitative à son assouplissement monétaire, le gouverneur a voulu envoyer un message clair, simple et violent :

  • Il se réserve le droit de tout acheter et ce, pour un montant quasi illimité.

A titre d’exemple, la BoJ pourra acheter jusqu’à 475 milliards d’euros par an en obligations d’Etat de toute maturité !

Il faut dire que, comme je l’indiquais sur le Billet du Trader dans mon dernier article sur le yen, le nouvel objectif d’inflation à 2% est loin d’être atteint. Mais ce ne sont pas les moyens qui manquent car la base monétaire devrait croître de 600 milliards d’euros par an. Vous aurez compris, M. Kuroda ne fait pas dans la dentelle.

Et fait reculer le yen

Graphique USDJPY 4 heures

Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Graphique USDJPY 4 heures

Ainsi, l’annonce a provoqué une forte hausse du billet vert (et des autres devises majeures) face au yen. Toutefois, si la hausse est marquée, elle vient buter contre la résistance proche des plus hauts à 96,50 yens.

Je reste convaincu qu’une correction sur la paire est nécessaire avant une nouvelle vague de hausse et l’effet de la BoJ pourrait rapidement être digéré. Surveillez donc la réaction sur les zones actuelles, et patientez pour initier quelques ventes la semaine prochaine. Je vise un retour sur 85 yens lors de ce deuxième trimestre.

Et Europe, Draghi épingle les politiques…
Si le Japon ne fait pas dans la finesse, la BCE, elle, manie habilement, par la voix de son gouverneur, la langue diplomatique. Loin des annonces fracassantes de Kuroda, Mario Draghi n’a rien apporté de neuf sous le ciel assombri de la zone euro, si ce n’est quelques nuages plus épais. En effet, il a semblé que son optimisme pour le second semestre était désormais plus hésitant face aux menaces sur la croissance.

Si une baisse des taux devrait être décidée avant l’été, celle-ci n’est qu’un acte symbolique qui ne règlera pas le problème de “transmission” actuel des mécanismes de crédit. Car le problème est bien de relancer les prêts aux entreprises afin d’assurer la reprise des activités. Toutefois, aucune annonce concrète n’a été faite en ce sens, laissant les observateurs sur leur faim.

Mais l’habileté de Draghi aura été une nouvelle fois de mettre en cause les responsables politiques de la zone euro, le président de l’Eurogroupe en tête, dans la gestion de la crise chypriote. “Chypre n’est pas un modèle“, contredisant tout net les propos de M. Dijsselbloem et insistant même en ajoutant : “Je suis sûr que le président de l’Eurogroupe a été mal compris.” Taquin notre Mario ?

Et fait rebondir l’euro !

Graphique EURUSD 4 heures

Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Graphique EURUSD 4 heures

Conformément au scénario que j’ai développé la semaine passée, le rebond se met en place et pourrait retourner vers 1,3050/70 dans un premier temps. Je surveillerai ensuite les 1,3150 qui sont un seuil véritablement clé avant la reprise d’une baisse qui devrait amener l’euro vers 1,20/1,17 $.

En attendant la Fed…
La semaine prochaine verra la Fed tenir son comité monétaire également. Alors que les chiffres de l’emploi ont été décevants cette semaine et que le programme d’assouplissement est à son paroxysme, l’exercice s’annonce compliqué pour Ben Bernanke qui va devoir rassurer les marchés sans véritable marge de manoeuvre concrète.

Pire, certains lui demandent d’évoquer la fin du QE, jusqu’ici indéfinie…

La seule chose sûre est que les opportunités ne vont pas manquer dans les prochains jours sur le Forex…

'