g7_ukLors de la réunion du G7 qui se tenait cette fin de semaine, le Japon était sous les feux de la rampe. Il devait prouver aux autres participants que la politique monétaire mise en place par sa Banque centrale n'avait pas comme objectif de dévaluer la devise nationale mais bien de relancer l'économie alors que le cours  USDJPY a franchi la semaine dernière la barrière psychologique des 100.00 yens.

Le Japon semble s'en être sorti brillamment compte tenu que les participants ont finalement salué ses efforts.  L'argument clé reste d'affirmer que la baisse du yen ést un effet secondaire de la politique sur la demande intérieure et n'est en aucun cas un objectif. Les États-Unis, très critiques par le passé, n'ont pas réitéré d'avertissements cette fois-ci indquant suivre avec beaucoup d'attention le cours du yen.

g10_interestrates_6052013Le silence américain peut s'expliquer par le fait que le récent mouvement en défaveur du yen était essentiellement dû aux bons résultats de l'emploi et à la relative meilleure croissance  aux États-Unis . Une preuve supplémentaire de ce phénomène est visible si l'on compare le yen à des devises en dehors des majeures (EUR ou USD) telles que AUD ou NZD. Le mouvement dans le cas des deux dernières devises est loin d'être comparable à celui sur les majeures. Le récent mouvement est donc une appréciation du dollar américain plus qu'une dépréciation du yen japonais. En effet, le carry trade n'étant plus aussi attractif qu'auparavant avec les banques centrales australienne et néo-zélandaise rentrant dans la course de la baisse des taux et les japonais préfèrent conserver leur argent en cash en attendant de meilleurs opportunités.

Malgré le fait que les investisseurs japonais ont finalement recommencé à investir à l'étranger comme le démontre le dernier rapport sur les flux de fonds de la Banque du Japon, les investissements actuels n'excédent  pas les mouvements annuels antérieurs et seraient même inférieurs. Le mouvement baissier sur le yen a donc dépassé l'amplitude de mouvement que la saisonnalité des investissements provoque habituellement.

Récemment, Ben Bernanke a mis en garde les marchés sur le fait que les  investisseurs pourraient être tentés de prendre de plus grands risques compte tenu de l'argent "bon marché" et de l'amélioration des conditions. Les plus hauts que les indices boursiers ont atteint récemment sont sans doute pour beaucoup dans les craintes du gouverneur de la Réserve fédérale. Ce dernier craint une décorrélation entre l'économie réelle et les marchés financiers à cause d'une recherche effrénée de rendements qui pourrait à terme provoquer une bulle financière. Bien que la mise en garde ne s'accompagne pour l'instant d'aucune mesures, à terme, la Réserve fédérale pourrait décider de réduire sensiblement la taille de son programme de rachat qui est actuellement de 85 Milliards de dollars par mois.

usdjpy_12052013

 

Mon biais est définitivement haussier à court terme et long terme avec différents objectifs sur la paire USDJPY. À court terme, compte tenu du momentum avec lequel la paire USDJPY a cassé la barrière des 100.00, une clôture journalière au dessus de 102.00 m'indiquerait une forte probabilité de voir le cours rejoindre 105.00 dans les semaines qui viennent.
À long terme, la politique monétaire japonaise semble porter ses fruits et devrait accentuer la baisse du yen au cours de l'année pour rejoindre des plus hauts antérieurs à 120.00. Par contre, à moyen terme, et pour toutes les raisons évoquées auparavant,  je reste perplexe sur la hausse et attends toujours de voir un mouvement correctif qui permettrait à la paire de souffler un peu. Ce sentiment est accentué par les données du rapport COT indiquant que les commerciaux sont toujours nets acheteurs du yen à des niveaux extrêmes.

'