benberRéunion du 19 juin 2013

Alors que la semaine dernière s'est distinguée sur les marchés des changes par une absence totale de clarté, la réunion que tout le monde attend approche. Non, il ne s'agit pas du G8 mais bien celle du comité sur la politique monétaire aux États-Unis. En effet, ce dernier se réunit depuis aujourd'hui, mardi 18 juin, à New-York et fera connaître mercredi 19 juin à 20h00 sa décision concernant le taux directeur et ses projections sur l'économie américaine. Suivra la très attendue conférence de presse du gouverneur de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, qui a le pouvoir de faire pleuvoir des billets de banques ou les opérateurs du marché dépendant de ses déclarations.

Statu-quo attendu

Personne ne s'attend à une modification du taux directeur ou encore à une intervention immédiate sur le programme de rachat des obligations (rappelons que ce programme s'élève à 85 Milliards par mois pour l'instant) mais attendent de la part de Ben Bernanke ses intentions dans le futur et, si possible, un agenda sur la façon dont les éventuelles coupures s'opéreront.

Incertitude concernant les coupures

Alors que les coupures étaient un fait accompli il ya quelques semaines, la donne a changé depuis. En effet, la récupération économique sur laquelle Ben Bernanke comptait se reposer pour diminuer les liquidités ne semble pas encore être là. Les indicateurs économiques sont mitigés et se contredisent pour certains.

Indicateurs économiques mitigés

- L'emploi reste décevant malgré une création d'emploi importante le mois dernier car les emplois créées ne concerne que des emplois faiblement rémunérés et donc contribuant peu à l'économie.

+ La consommation est en hausse selon tous les indicateurs économiques et hors saison estivale confirmant qu'il s'agit d'une réelle tendance.

- La production industrielle peine à redémarrer avec la majorité des indicateurs en baisse.

+ Profitant des liquidités, les marchés actions et obligataires se portent bien et seront les premiers affectés par les décisions de la Réserve fédérale.

- L'inflation en baisse.

+ L'immobilier se porte plutôt bien et reste stable dans l'ensemble.

- La croissance (mesuré par le PIB) est en baisse. En ce qui concerne ce dernier point, il sera très intéressant de comparer le chiffre du mois dernier (1.4 %) avec les nouvelles projections.

Le futur proche de l'EURUSD repose sur la Réserve fédérale

Côté européen, peu de changement pour l'instant. Mario Draghi continue de laisser planer la possibilité de voir la Banque centrale européenne recourir à des moyens non conventionnels tel que les taux d’intérêt négatifs pour les dépôts. L'euro continue de s'apprécier face au dollar grâce à la confiance qui refait son apparition dans la zone euro mais surtout grâce au silence de la Réserve fédérale concernant la réduction du programme. L'euro fort ne semble pas, pour l'instant, inquiéter la Banque centrale européenne bien que Mario Draghi a déclaré que le taux de change est important pour la stabilité et la croissance.

Deux scénarios sont donc envisageables pour demain

1) Ben Bernanke déclare sans ambiguïté qu'il prévoit de réduire le programme de rachat au cours du restant de l'année 2013, le dollar américain devrait reprendre des couleurs et s'apprécier à court terme face à l'euro.

2) Ben Bernanke continue d'être flou. Dans ce cas, la baisse du dollar américain devrait s'accentuer.

Néanmoins, peu importe le scénario de demain, il ne faut pas oublier que les indicateurs économiques, bien que mitigés, semblent tout de même pousser vers la croissance. De ce fait, et malgré la faiblesse à court terme, le dollar américain pourrait rapidement reprendre le chemin de la hausse. De plus, le positionnement des intervenants commerciaux à la vente, selon le rapport COT, sur le dollar faiblit depuis 3 semaines d'affilée alors que le positionnement à la vente sur l'euro grandit. Aucun des deux n'a atteint d’extrême encore mais la réunion de demain pourrait bien changer la donne.

Et si on parlait graphique

À l'heure actuelle, la résistance de 1.3400 continue de maintenir les acheteurs sous pression. Attention néanmoins au possible mouvement haussier qui viendrait chercher les ordres stops positionnés au dessus de la résistance pour mieux baisser par la suite. Rappelez-vous, le cours baisse toujours plus vite qu'il ne monte (probablement une histoire de gravité). En cas de cassure supportée par les déclarations de Ben Bernanke, la prochain résistance qui devrait être difficile à casser pour les acheteurs est 1.3600. À la baisse, il n'y a pas grand chose pour arrêter le cours avant 1.3130.

eurusd_18062013

Peu importe ce que vous faites, faites attention demain car ce genre d'annonce économique est toujours synonyme de forte volatilité. Évitez donc de vous exposez avant l'annonce et attendez de voir la vraie direction du marché. En effet, ce dernier est trompeur et s'amuse souvent à prendre une fausse direction avant de mieux repartir à l'inverse. Bons trades!

'