Cet article a été publié le jeudi 30 août dans la newsletter quotidienne"Le billet du Trader".
Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir les analyses quotidiennes.

---------

Il y a des jours où, devant mes multiples écrans, je me demande ce que je vais pouvoir vous raconter. Ce fut particulièrement le cas pour moi aujourd’hui (hier donc pour vous), puisque l’eurodollar s’est enfermé dans une configuration neutre et avec une volatilité au plus bas.

C’est toujours à peu près à ce moment-là que Nathalie Boneil se rappelle à mes bons souvenirs pour me demander son analyse hebdomadaire. Faignant la maladie, un barbecue, un apéro-Ricard d’urgence ou allant même jusqu’à simuler un arrêt cardiaque, je finis par quitter ma sieste estivale (à Toulouse, il fait toujours beau) et je me lance (oui, je suis très mauvais acteur). Heureusement, mon associé est, lui, beaucoup plus alerte que moi aujourd’hui.

◊ “Je short le NZD sur pull back !”

Et c’est là qu’Henri Baltzer, mon associé dans mes activités de gestion (que certains connaissent bien) me lance un très distingué : “Jérôme, t’as vu le NZD ? Je le short dès le pull back” (traduction : “Maître vénéré [ça c'est de moi], avez-vous vu la configuration du dollar néo-zélandais ? Je vends le NZDUSD dès qu’il rebondit légèrement.”

Après m’être fait la réflexion que finalement, nous parlions tout de même une langue étrange, me voilà pourvu d’un beau sujet tout neuf, dont je ne vous parle pas assez : le dollar néo-zélandais – NZD pour les intimes.

_____________________Pour vous aider dans vos trades______________________

“Les affaires reprennent !”

Quelles affaires ? Celles de FxProfitTrader, notre service de trading en devises, qui a vu il y a quelques jours son portefeuille gagner 3% en une seule journée – grâce à une position à découvert qui nous a permis de profiter de la situation.

Ce gain est venu compléter une série de 10 plus-values engrangées sur 14 trades… et de nouvelles opportunités apparaissent tous les jours : pour recevoir les prochaines recommandations de notre spécialiste, c’est par ici !

Pourquoi s’intéresser à cette devise ?

La semaine dernière, je vous avez déjà recommandé d’acheter l’EURAUD, l’euro face au dollar australien. J’espère que vous m’avez suivi sur ce trade, il a été très rentable.

Comme son homologue, presque “jumeau” sur le marché des changes, le dollar néo-zélandais est caractérisé par le taux directeur élevé de sa banque centrale (2,50%), la corrélation avec les matières premières ainsi que sa proximité avec l’Asie.

L’appétit pour le risque rassasié !

Et, si je m’intéresse à la paire aujourd’hui précisément, c’est bien parce que la configuration technique est intéressante, comme Henri me le faisait aimablement remarquer – et que j’aime bien tondre les moutons (si vous n’avez pas compris ma blague de toulousain, intéressez-vous au beau pays qu’est la Nouvelle-Zélande).

Plus sérieusement, la devise est considérée comme un bon vecteur de carry-trading ; elle rejoint donc le dollar australien (AUD) dans la corrélation à l’appétit pour le risque. Pour ma part, je pense que cet appétit a été largement rassasié pour le moment sur les marchés : nous devrions donc voir un beau dégonflement des “actifs risqués”.

Vendez le NZDUSD !

Comme souvent, la stratégie que je vous propose aujourd’hui est très spéculative. Regardez le graphique en 4 heures sur lequel j’ai basé mon analyse.

Graphique NZDUSD en H4
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Après la formation d’un double sommet vers 0,8190/0,8220 (oblique rouge), la paire est revenue tester un support très important vers 0,80. Vous pourriez donc profiter d’un rebond de la paire vers 0,8050/0,8080 pour prendre une position vendeuse (vendre donc le NZDUSD, donc le dollar néo-zélandais face au dollar US).

La zone d’invalidation est située à 0,8145 avec un premier objectif à 0,7900.

A vous de jouer !

'